La boucle 1 met en évidence l’hybridation des deux médiums photographie et vidéo et le va et vient entre apparition et disparition, thématique centrale de l’oeuvre. La Photo/Vidéo, ajoute aux notions de Temps et d’Espace de la photographie («instantané», «fixe» et «figé») les notions de «vitesse», «distance» et «métamorphose» propres à la vidéo. La Vidéo/Photo ajoute aux notions de Temps et d’Espace de la vidéo («vitesse», «distance» et «métamorphose») les notions «d’instantané», de «fixe» et de «figé» de la photographie. Toutes les vidéos sont au format 1/3, au milieu de l’écran, comme des vidéos de photographies en format portrait. Les supports sont des moniteurs vidéos avec des cadres fins, comparables à des caisses américaines ou à des encadrements, de manière à établir une correspondance visuelle avec les photographies.
 

La boucle 2 altère la représentation tant dans le visuel que l’outil et le support. Le dispositif de l’artiste propose une disparition du sujet par l’altération de la matière de la boucle 1 (l’eau devient glace, le lait se périme,…). Les œuvres étant les photographies des photographies et les vidéos des vidéos de la boucle 1, la qualité du visuel baisse. La lumière est altérée dans son intensité et dans son homogénéité. La baisse d’intensité permet de faire apparaître l’altération de la matière. La baisse d’homogénéité fait disparaître la figure. La progression de la boucle accentue ainsi le va et vient entre apparition et disparition grâce au dispositif développant en parallèle l’hybridation des deux médiums. L’altération des supports vidéos et photographiques participe à cette hybridation en supprimant leurs distinctions caractéristiques : suppression des cadres des deux médiums et présentation des moniteurs vidéos à la verticale, image en plein écran.
 

La boucle 3 poursuit le processus d’altération de la représentation de la boucle 2 jusqu’à annuler la distinction entre les deux médiums. L’artiste répète ainsi le dispositif de la boucle 2, accentuant la disparition du sujet par une altération de la matière. Plus présente dans l’image, elle vient remplacer la figure humaine. Sa visibilité l’emporte sur celle du sujet faisant progresser un travail figuratif vers l’abstraction. La qualité du visuel baisse encore, montrant des oeuvres qui sont les photographies des photographies et les vidéos des vidéos de la boucle 2. L’altération de la lumière mène à l’obscurité, le noir participant à la dynamique de disparition. L’altération des supports accentue encore plus l’hybridation entre les deux médiums et permet de maintenir le va et vient entre apparition et disparition. Les photographies tout comme les vidéos seront projetées sur une feuille de papier photo blanche contrecollée sur une plaque en aluminium. La lumière du projecteur fera apparaître davantage les images obscures. L’hybridation des deux supports annule la distinction de leurs caractéristiques. Le maintien de la dynamique d’apparition permet d’établir un lien et une continuité avec la boucle 1 afin que la totalité de l’oeuvre fonctionne avec une lecture en boucle.
 
 
 
 

Ce message est également disponible en : Anglais